Forum Belgique

Exprimez-vous sur l’unique forum de discussion en Belgique !
Partage, avis, photos, opinion ou débattre… Bienvenue à tous !

Image Header forum Belgique
Partager:
Notifications
Tout effacer




Commémoration

2 Messages
1 Utilisateurs
0 Reactions
922 Vues
michel
(@michel)
Forumiste Participant·e Membre
Inscription:: depuis 20 ans
Messages: 203
Auteur du sujet  

Pour les personnes qui avaient l'âge de raison en 1973,jamais nous oublierons un démocrate qui a voulu "changer l'ordre inique"de son pays.Le Président chilien Allende était ce 11septembre assassiné par le terroriste Pinochet avec la complicité de Kissinger qui passe une retraite paisible eux Etats-Unis.Commence alors une période de tortures,d'assassinats,de violence au Chili.


   
Citer
michel
(@michel)
Forumiste Participant·e Membre
Inscription:: depuis 20 ans
Messages: 203
Auteur du sujet  

Missing (1982) de Costa Gavras

En 1970, un gouvernement de gauche, l'Unité Populaire, arrive légalement au pouvoir à Santiago, ayant remporté les élections. Salvador Allende, le leader socialiste, accède à la Présidence. Mais cette arrivée et la décision du nouveau Président de nationaliser l'industrie minière du cuivre, plus grande richesse du pays entre les mains jusque là des toutes puissantes Anaconda Copper Mining Co. et Kennecott Copper Co. "deux entreprises intimement liées puisqu'elles appartenaient au même consortium mondial " (Eduardo Galeano, "Les veines ouvertes de l'Amérique Latine", Terre humaine/Poche, Pocket,) poussent le gouvernement américain, via Henry Kissinger, son Département d'Etat et ses services de renseignements à agir en sous-main.
Sous l'impulsion et avec l'aide secrète, financière, politique et militaire de la CIA, un puissant mouvement de camionneurs se met en grève et paralyse le Chili, l'amenant volontairement au bord du chaos économique. Situation attendue et récupérée par l'armée qui, sous les ordres du tristement célèbre général Augusto Pinochet, effectue un coup d'Etat le 11 septembre 1973. Le palais présidentiel où se trouve retranché Allende et ses partisans est bombardé par l'aviation et le Président démocratiquement élu y trouve la mort. Une chape de terreur s'abat alors sur le Chili. Les arrestations, les exécutions sommaires, les tortures se multiplient avec pour symbole le stade de football transformé en gigantesque prison et morgue. La dictature fasciste s'installe, toujours soutenue par les USA. La démocratie ne reviendra à Santiago qu'en 1990. Pinochet, lui, est toujours en liberté et a réussi jusqu'ici à échapper à la justice malgré des tentatives pour le traduire devant une cour émanant de plusieurs pays, notamment européens.

Costa-Gavras n'aura pas attendu le retour de la démocratie au Chili pour dénoncer au cinéma ce qui s'est passé en septembre 73 ainsi que le rôle honteux des USA. Le réalisateur était déjà l'auteur de films aussi spectaculaires que militants, comme "Z" ('69, sur le régime des colonels fascistes en Grèce), "L'Aveu" ('69, sur la dictature communiste en Tchécoslovaquie), ou "Section Spéciale" (74, sur la justice sous le régime de Vichy). Le Chili, il en avait même déjà parlé dès 1973, l'année même du putsch, avec "Etat de siège" où l'on voyait un haut fonctionnaire des USA enseigner aux policiers chiliens de bien curieuses méthodes...

Si Costa-Gavras décida de revenir sur ce pays moins de dix ans plus tard et à l'occasion de son premier film "américain", c'est sans doute car celui-ci restait plongé dans la longue nuit de la dictature. Comme dans ses films précédents, le réalisateur franco-grecque n'a pas fait oeuvre de fiction mais a scrupuleusement relaté un fait réel consigné dans un livre. Son film est remarquable de bout en bout et la Palme d'Or remportée au Festival de Cannes 82 (ex-aequo avec Yol de Yilmaz Güney), doublée d'un Prix d'interprétation masculine pour Jack Lemmon, sut lui rendre justice.


   
RépondreCiter
Partager: